Rodin, l’exposition du centenaire

Auguste Rodin (1840-1917) est considéré comme le père de la sculpture moderne. A l’occasion du centenaire de sa mort , le Grand Palais présente une exposition de ses plus grands chefs-d’œuvre. Entre scandales et coups d’éclat, il révolutionne la création artistique avant Braque, Picasso ou Matisse, et la fait à jamais basculer dans la modernité.

L’exposition revient sur son extraordinaire postérité auprès de générations d’artistes, dont Bourdelle, Claudel, Brancusi ou Picasso, donnant ainsi à voir et à comprendre la puissance de son génie.

Paris, le parc Monceau

Ce jardin d’agrément se situe dans le 8ème arrondissement, pas loin de l’Arc de Triomphe. Sa construction remonte au XVIIe siècle. Il est entouré d’immeubles luxueux et d’hôtels particuliers. A l’intérieur, de nombreux arbres sont spectaculaires. Les oiseaux chantent.

Le parc a été peint par Claude Monet, Gustave Caillebotte, Georges Braque…

La montagne de la Loube

Nous sommes partis de Roquebrussanne, vers Brignoles, dans le Var. Après la chapelle Notre Dame de l’inspiration, nous sommes montés par le pas de la Nible et le jas Émilien (le jas est une bergerie en provençal).

Les amélanchiers, le romarin, les cistes, les genêts, les aphyllanthes … sont en fleurs. Nous avons vu le Paradis, à l’extrémité du massif de la Sainte Baume et au loin, la montagne Sainte Victoire.

Le Brusc

Dimanche de Pâques, nous nous sommes promenées sur la Pointe du Cap Nègre, au Brusc. C’est un hameau de Six-Fours-Les-Plages juste avant l’archipel des Embiez, dans le Var. Tout au bout du Cap Nègre se trouve une ancienne batterie militaire érigée sous Louis-Philippe. De là, nous avons contemplé au loin sous un fort mistral le Cap Canaille, les calanques et l’île de Riou.

La montagne Sainte Victoire

Près de Marseille, nous avons deux montagnes : la Sainte Baume et la Sainte Victoire. Au printemps, avant les grosses chaleurs, nous aimons les gravir et longer les crêtes. Aujourd’hui, nous sommes montés au sommet de la Sainte Victoire par le col de Saint Ser. Nous avons longé la crête vers l’est en passant par le Pic des Mouches, le point culminant (1011m).

Au printemps, la Sainte Victoire est magnifique, parsemée de fleurs. Comme dans la Sainte Baume, nous avons vu aussi des iris blancs, jaunes et mauves, du thym et du romarin en fleurs.

Et de fleurs en fleurs, quelques insectes dont des papillons  virevoltent.

Le massif de la Sainte Baume

En partant du col de l’Espigoulier, nous avons contourné les dents de Roque Forcade. Nous sommes montés sur la crête pour rejoindre le plan des Vaches. Nous sommes allés jusqu’à la tour Cauvin. Du sommet,  nous avons admiré Marseille et la mer, Le massif de l’Étoile, La montagne Sainte Victoire, l’ensemble du massif de la Sainte Baume et le pic de Bertagne, les calanques…

C’est le printemps. Nous avons marché sur des tapis de fleurs jaunes. Sur le bord des sentiers poussent de nombreuses fleurs colorées dont des iris jaunes mais aussi mauves ou blancs, quelques coucous, quelques orchis, quelques pensées…. Dans le ciel, deux aigles de Bonelli. le couple niche dans la paroi de la Sainte Baume.