Les Trois Secs à la Ciotat

« A l’extrémité du golfe, trois énormes rochers qui s’élèvent sans base sur les flots; de formes bizarres, arrondis comme des cailloux, polis par la vague et les tempêtes, ces cailloux sont des montagnes, jeux gigantesques d’un océan primitif, dont les mers ne sont sans doute qu’une faible image. » Lamartine lors de son « Voyage en Orient » à bord de l’ « Alceste ».

La composition géologique des Trois Secs est est constituée par des terrains appelés «Turonien», caractérisés par des «poudingues» : une majorité de galets siliceux de grès rouge, quelques galets siliceux de quartzite gris foncé et de rares galets de calcaire dispersés, de différentes provenances. Le tout est lié par un ciment gréseux d’une dureté remarquable. Quelques rares couches sableuses ou calcaires contiennent enfin des fossiles d’«hippurites».

Tous ces cailloux roulés auraient été transportés, il y a plus de 90 millions d’années par un torrent provenant du Sud-Sud-Est. Avec le temps, l’érosion marine et éolienne a contribué à la formation de ces rochers à l’allure bizarre (comme le Bec de l’Aigle ou le rocher du «Capucin») et a creusé les calanques du Mugel et Figuerolles à la Ciotat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *